Conseils de lecture

J'EN REVAIS DEPUIS LONGTEMPS

Tallec Olivier

Actes Sud

16,00
par (Libraire)
3 novembre 2018

Très bel album dans un format atypique où l'humour se mêle à la poésie.
Une amitiés complice se noue habilement entre les deux protagonistes au point qu'on en oublierait qui du petit garçon ou du chien est le narrateur...
Un grand coup de coeur !


Tu seras mon arbre
14,90
par (Libraire)
2 novembre 2018

"Elle trace maintenant, un sprint silencieux au tempo de sa peur"

Dans ce magnifique roman graphique Valentine Goby s'associe à Frédéric Rébéna pour nous livrer une réécriture moderne du mythe de Daphné.
Daphné, cette nymphe poursuivie inlassablement par Apollon qui n'accepte pas son refus, et qui sera contrainte de se changer en arbre pour enfin se libérer. Daphné cette femme d'aujourd'hui, cette femme qui traverse le temps, cette figure martyre du patriarcat et des hommes possessifs qui sans cesse fuit, sans cesse se transforme et incarne chaque femme harcelée, poursuivie, maltraitée...

Une incroyable bande dessinée, aussi belle que nécessaire.


Ça raconte Sarah
15,00
par (Libraire)
30 octobre 2018

Uppercut littéraire

Très grand coup de cœur pour ce premier roman magistral.
La forme et le fond sont intimement liés...intimement oui, c'est bien l'adverbe qui convient !


La salle de bal
22,00
par (Libraire)
26 octobre 2018

A l'asile de Sharston en 1911, la société enferme les Indésirables et les indigents, et la violence institutionnelle suinte des murs. Qui peut croire qu'il existe une salle de bal lumineuse au plafond de noyer blond voûté, où un jeune médecin musicien bien étrange, en proie à ses propres démons, fait danser tout le monde un vendredi par semaine? Et Schubert libère les âmes naufragées.....
Galerie de portraits où l on croise, entre les ''niaiseux'' et les soignants patibulaires, un Irlandais ''disetteux'', discrètement mélancolique et qui sent la terre, une vieille femme coiffée de 2 couettes perdue en enfance, et une grande fille de bonne famille, dérangeante et ''toute de travers'' puisqu'elle lit trop.
Et puis, Ella, qui ne sait ni lire, ni écrire, ni danser mais qui a, comme l'hirondelle, '' quelquechose en elle de sauvage et de léger, fait pour voler''.

Fiction poignante, mais sans pathos, où l on entend aussi ce que Anna Hope ne dit pas:. Un plaidoyer sensible pour le respect de la différence, où les fous ne sont pas toujours du côté que l'on veut bien croire .


Les seize arbres de la Somme
23,50
par (Libraire)
26 octobre 2018

On n'en finit jamais avec les blessures d'enfance sauf peut-être à refaire le chemin à l'envers, et à reconstruire autrement le damier des ombres et des lumières de l'histoire familiale, meurtrie par la Grande Histoire .

Une écriture poétique et contrastée: d'un côté, les climats et paysages inhospitaliers de Norvège, des îles Shetland battues par les flots et les vents, et de nos tristes cimetières de la Somme avec tous nos soldats . De l'autre, la fragilité touchante des humains en quête de sentiments authentiques, et d harmonie profonde avec la nature qu'elle soit hostile ou bienveillante. Des êtres, qui, au milieu du chaos, savent pourtant fleurir les tombes avec des fleurs de pomme de terre.....et c'est triste et beau.

L' histoire est difficile, et pourtant, ça sent bon le bois, les embruns, et la laine mouillée des agneaux, comme un hymne à la vie, un espoir, comme ces bébés- arbres transplantés de la Somme qui repoussent vaillament, loin de chez eux.
Une belle surprise de lecture.