La librairie est ouverte du mardi au jeudi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 19h.

Le vendredi de 9h30 à 19h et le samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 19h.

 

Les briseurs de tabous, Intellectuels et journalistes
EAN13
9782707166838
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Collection
Cahiers libres
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les briseurs de tabous

Intellectuels et journalistes "anticonformistes" au service de l'ordre dominant

La Découverte

Cahiers libres

Indisponible
Sous le prétexte de briser d'imaginaires " tabous " et d'en finir avec une
prétendue " tyrannie de la bien-pensance " et dopés par les attentats
islamistes du 11 septembre 2001, de prétendus iconoclastes médiatiques ont
banalisé, en la parant souvent de vertus " républicaines ", une logorrhée
empruntée au vocabulaire traditionnel des xénophobes nationalistes. Autopsie
en règle.


Après l'effondrement de l'Empire soviétique, qui privait l'Occident de son si
commode épouvantail " communiste ", des politiciens " désinhibés " et des
publicistes en vue ont libéré dans le débat public français, au nom d'une
nécessaire " décomplexion ", une parole jusqu'alors cantonnée dans les
cénacles de l'extrême droite. Sous le prétexte de briser d'imaginaires "
tabous " et d'en finir avec une prétendue " tyrannie de la bien-pensance ",
ces pseudo-" iconoclastes ", dopés par les attentats du 11 septembre 2001, ont
banalisé, en la parant souvent de vertus " républicaines ", une logorrhée
empruntée au vocabulaire traditionnel des xénophobes nationalistes.
Dans cet essai au lance-flammes, mais rigoureusement documenté, Sébastien
Fontenelle décortique les stupéfiants amalgames et les incessantes tricheries
au fondement de ces discours " anticonformistes " sur l'immigration, la
colonisation, les " Arabes " et, surtout, l'islam. Il explique comment ces
falsificateurs, alors même qu'ils disposent d'un accès illimité aux médias
dominants et que leurs idées sont reprises, à droite comme à gauche, par les
plus hauts responsables politiques, se sont fait une spécialité de se poser en
" dissidents " d'un système dont ils sont en réalité les premiers garants. En
l'espace d'une décennie, dénonçant une imaginaire " pensée unique ", ils ont
en effet assuré, par un constant truquage de la réalité, la perpétuation d'un
vrai conformisme, érigeant le rejet de l'" Autre " (pauvre, étranger, immigré,
musulman) en vertu cardinale d'un nouveau " réalisme ".
Un essai salutaire pour prendre toute la mesure de la perversion des discours
qui saturent aujourd'hui l'espace public, sapant méthodiquement, au nom de la
démocratie, les fondements mêmes de la démocratie.
S'identifier pour envoyer des commentaires.