Toutes les femmes sauf une
EAN13
9782213699134
ISBN
978-2-213-69913-4
Éditeur
Fayard/Pauvert
Date de publication
Collection
Littérature française
Nombre de pages
144
Dimensions
22 x 13 x 1 cm
Poids
200 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Dans une maternité, une femme épuisée, sous perfusion. Elle vient d’accoucher d’une fille, Adèle, et contemple le berceau, entre amour, colère et désespoir. Quelque chose la terrifie au point de la tenir éveillée, de s’interdire tout repos : la loi de la reproduction. De génération en génération, les femmes de sa lignée transportent la blessure de leur condition dans une chaîne désolidarisée, sans merci, où chacune paye l’ardoise de la précédente. Elle le sait, elle en résulte, faite de l’histoire et de la douleur de ses aînées. Elle voudrait que ça s’arrête. Qu’Adèle soit neuve, libre.
Alors comme on vide les armoires, comme on nettoie, elle raconte. Adressant à Adèle le récit de son enfance, elle explore la fabrique silencieuse de la haine de soi qui s’hérite aussi bien que les meubles et la vaisselle. Défiance du corps, diabolisation de la séduction, ravages discrets de la jalousie mère-fille… Elle offre à Adèle un portrait tourmenté de la condition féminine, où le tort fait aux femmes par les femmes apparaît dans sa violence ordinaire.
Et c’est véritablement un cadeau. Car en mettant à nu, rouage après rouage, la mécanique de la transmission, elle pourrait parvenir à la détruire.

Maria Pourchet est romancière. Elle a notamment signé Rome en un jour (Gallimard, 2013) et Champion (Gallimard, 2015).
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

17 juillet 2019

Un cri de colère sauvage et déchirant contre la violence longtemps indicible faite aux femmes, par des mères aigries et mortifères qui,de génération en génération, tuent en leurs filles, avec leurs mots de tous les jours, jusqu'au désir d'une autre ...

Lire la suite

Commentaires des lecteurs

14 octobre 2018

Tu seras une femme, ma fille

C’est une longue lettre que l’auteure adresse à sa fille nouveau-née. La violence et la douleur de l’enfantement, le bouleversement hormonal, la peur de mal s’y prendre, la culpabilisation des infirmières… à peine l’enfant parue, le berceau semble déjà bien ...

Lire la suite