Des orties et des hommes
12 avril 2019

La vie ordinaire des ''baraquis'', ces émigrés italiens venus de leur plein gré en Charentes profonde partager la Pauvreté Agricole Commune. Qu'importe, ça sent la polenta, le foin, le lait tiède qu'on boit dans les verres à moutarde, le gasoil, la sueur, et les draps propres qui sèchent au soleil. Et, dans les vieilles maisons presque à l'abandon, les fleurs de pommes de terre passent la tête de la cave au plancher ...
Entre les fronts soucieux des parents et les vaches limousines qui font les yeux doux, il y a la terre d'enfance de Pia, à l'ombre des arbres, entre mots mal compris et mots pris au mot, ramassés à l'arrache comme on cueille les orties et imprégnés de l'imaginaire de l'enfance. Les pieds dans la gadoue, les mains gercées, du vent dans les nattes, et la tête dans les étoiles!
300 pages de poésie'' rurale'' en prose: Magnifique! A partager!

Tous les conseils de lecture